Panier 0


Qu’est-ce que le lin ?

Le lin fibre (ou lin textile) fait partie de la famille des "Linaceae" (linacées), de l'espèce Linum usitatissimun L. (lin usuel). C’est une plante annuelle, à croissance rapide. Elle atteint environ 1 mètre en moyenne et ses fleurs sont le plus souvent bleues et peuvent tirer sur le violet. Certaines variétés sont blanches mais ces dernières sont moins productives. Il en existerait près de 300 espèces différentes.

Il existe trois grandes familles de lin :

- Le lin oléagineux, dont les graines sont utilisées pour faire de l’huile de lin

- Le lin décoratif qui a une fonction d’apparence et qu’on peut retrouver par exemple dans des bouquets

- Le lin textile, celui que nous utilisons chez CONOUCO, dont les fibres sont exploitées pour fabriquer notamment des vêtements

Le lin cultivé est dépendant de l’activité humaine, car il a été sélectionné pour répondre à certains besoins et ne pousse que sous certaines conditions. Des variétés sauvages subsistent toujours, mais elles ne sont pas exploitables par l’Homme.



Tout est bon dans le lin

Dans le lin, c’est simple « tout est bon ». Les graines, les fibres, la paille tout chez cette plante est exploitable et intégralement biodégradable. Les tissus en lin bio utilisé dans la confection des vêtements CONOUCO le sont donc également.

Son impact écologique

Sa culture demande très peu d'engrais, le lin sait utiliser toutes les ressources naturelles du sol et, comme pour les meilleurs vins, il n'a pas besoin d'irrigation. Lorsqu’il est bio, le lin est même produit sans l’utilisation d’intrants (engrais et pesticides)

L’extraction des fibres (le rouissage) se fait de façon naturelle, grâce aux bactéries du sol, à la pluie, sans autre besoin en énergie que celle de la lumière.
De plus, après ramassage, la terre est propre et sans déchets laissés au sol.

Durant toutes les opérations industrielles (teillage, peignage, filage, tissage), l'activité est mécanique et non polluante, sauf la poussière qui est aspirée.

Ses propriétés naturelles

Matière extrêmement résistante, le lin à une durée de vie très importante et sa qualité ne s’altère pas avec le temps. Au contraire, le lin devient de plus en plus beau et souple au fil des lavages.

Le lin à des propriétés thermorégulatrices. Il régule plus rapidement les écarts de température et donc ne provoque pas d'irritations (à la différence des textiles synthétiques). Apprécié l'été du fait de sa fraîcheur, il peut très bien être porté en hiver également.

C’est une matière hypoallergénique et antibactérienne. Il a été prouvé scientifiquement qu’appliquer du tissu de lin sur soi accélèrent la guérison de certaines maladies de peau.

Le lin est également doux et très agréable à porter. Les vêtements en lin sont très soyeux et offrent une sensation de bien-être et de fraîcheur de par sa légèreté.

Son raffinement et son élégance

Depuis toujours, le lin est symbole d'élégance et de distinction. Son côté nature et son froissé séduisent depuis toujours. Le lin se prête à tous les styles, tenues de ville ou de soirée le lin s’adapte facilement. Les grands couturiers l’apprécient tout particulièrement et l’incluent d’ailleurs très souvent dans leurs collections. Chez CONOUCO, nous avons d’ailleurs décidé d’utiliser le lin bio car nous ne souhaitions pas seulement faire des vêtements éthiques mais aussi proposer des vêtements esthétiques et agréable à porter.



Culture du lin

CONOUCO à décider de se spécialiser dans le lin car c’est un produit d'excellence en Europe et particulièrement en France. En effet, plusieurs conditions sont réunies pour la réussite de sa culture dans notre pays :

> Des sols adaptés : terres limoneuses, profondes, structurées.

> Des conditions climatiques favorables : régions tempérées et humides.

> Le savoir-faire de liniculteurs expérimentés.


La culture du lin se fait en 4 étapes qui s’étalent sur une période de 6 mois (Mars à Août)

1. Le semis

L'agriculteur utilise dessemences qui ont été produites spécialement pour obtenir des beaux lins. Il est assuré d'avoir ainsi des semences sans graines de mauvaises herbes et avec un niveau de germination très élevé. L'objectif est d'obtenir une tige pour chaque graine. Les semences sont contrôlées et certifiées par le Ministère de l'Agriculture. Pour obtenir des fibres fines, les graines de lin sont semées très serrées aux environs de 2 000 graines au m². La terre doit être préparée finement pour que chaque graine lève rapidement et de façon homogène.

2. La croissance

Le lin pousse très vite. Le cycle de végétation est de 100 jours. Pendant cette période, le liniculteur surveille sa croissance en faisant attention que la plante soit bien nourrie, qu'il n'y ait pas d'attaques d'insectes ou de champignons. Parfois il est amené à traiter pour défendre sa culture.

3. La floraison

La floraison du lin est très particulière. Sur une tige il y a plusieurs fleurs mais chaque fleur ne fleurira qu'un matin. Dès que le soleil monte à l'horizon, les pétales tombent. La floraison va s'étaler pendant environ 10 jours.

4. La récolte par arrachage

Cinq semaines après la floraison, les tiges sont arrachées et non fauchées comme le blé. En effet en arrachant le lin, on préserve toute la longueur de la plante et donc toute la longueur de la fibre. Le lin est arraché lorsqu'il a une belle couleur blonde. Les graines sont brunes et se trouvent dans des petites clochettes en haut de chaque tige.

Pour obtenir de beaux lins, sains et de qualité, les liniculteurs respectent une rotation de 6 à 7 ans entre deux cultures. Cette rotation empêche certains parasites de s'installer et, de plus, permet de ne pas épuiser les sols.



Transformation

Avant de se transformer en top, jupes, chemises ou encore pantalons CONOUCO que vous aurez tous loisir de porter, le lin doit passer par un processus essentiel et nécessaire pour fournir une matière textile de qualité.

Après la culture du lin, la transformation se fait en 5 étapes:

1. Le rouissage

Les tiges de lin sont étalées sur le terrain par le liniculteur en longues nappes. Au contact du sol et grâce à la rosée du matin ou aux pluies de l'été, des micro-organismes (champignons et bactéries) vont s'attaquer à la tige pour séparer les fibres de la paille puis vont s'attaquer aux substances appelées ciment qui relient chaque fibre entre elles. Cette opération naturelle s'appelle le rouissage. Le liniculteur va régulièrement surveiller pour vérifier que cette opération se passe bien. Il sera éventuellement amené à retourner les nappes de lin avec une machine pour obtenir un rouissage homogène. C'est important pour obtenir des fibres fines et solides pour créer par la suite de beaux vêtements. Une fois cette opération terminée, le liniculteur fait de grosses balles rondes et les livre à l'usine.

2. Le teillage

Le lin livré en balles par le liniculteur va tout d'abord être teillé. Le teillage est une opération mécanique qui consiste dans un premier temps à séparer les graines des pailles.

Dans un deuxième temps, le teillage permet de séparer les fibres de la paille et les fibres entre elles. Pour cette dernière opération, la paille passe d'abord dans des cylindres cannelés pour la "casser" sans abîmer les fibres. Puis des grands peignes vont permettre de séparer ces morceaux de paille appelés anas et la fibre que l'on appelle filasse quand les fibres sont longues et étoupes quand les fibres sont courtes.

3. Le peignage

La filasse issue du teillage est d'abord peignée avec des peignes de plus en plus fins. Cette opération permet d'éliminer tous les petits morceaux de paille restant et surtout de séparer petit à petit, toutes les fibres entre elles. On obtient ainsi de véritables cheveux d'ange, des fibres fines bien démêlées presque soyeuses. Ces fibres peignées sont rassemblées pour constituer un long ruban continu. Ce ruban est à nouveau étiré pour obtenir une faible épaisseur que l'on tord légèrement pour renforcer sa solidité. C'est l'étirage et le ruban devient alors une mèche.

4. La filature

Pour filer le lin, il existe 2 procédés bien distincts :

- la filature au mouillé utilise les fibres longues qui sont passées au peignage. Dans la filature au mouillé, la mèche est trempée dans de l'eau à 60 ou 70° C pour rendre la fibre plus souple et la ramollir. Les fibres élémentaires sont ensuite tordues et permettent de réaliser des fils fins et homogènes. Ces fils de haute qualité sont souvent réservés à l'habillement et au linge de maison.

- la filature au sec utilise souvent les étoupes qui ont été aussi peignées et étirées. Dans ce cas, les rubans sont filés sans passer dans l'eau. Il en résulte des fils plus rustiques et plus épais. Ces fils sont généralement réservés aux tissus pour la décoration ou pour des usages techniques.

5. Le tissage

Le tissage s'effectue sur les métiers à tisser normaux. Sur ceux-ci, les fils sont entrecroisés un par un, fils de chaîne (longueur) et fils de trame (largeur). On peut ainsi obtenir des tissus pur lin ou des mélanges. Par exemple, quand on parle de "métis", le fil de chaîne est en coton, le fil de trame en lin.

6. Confection

La confection est réalisé chez Héritage Confection en Vendée dans leur atelier à Belle ville sur Vie.



Histoire du lin

Le lin est considéré comme le plus vieux textile du monde. Cependant, il a toujours su rester dans l’air du temps grâce à de nombreuses innovations qui lui permettent d’être présent dans des secteurs très divers et variés tel que le bâtiment ou l’imprimerie par exemple.

Chronologie

Il y a plus de 30 000 ans

En 2009, de minuscules fragments de lin, datés de 36 000 ans, sont découverts dans une grotte en Géorgie par une équipe de paléontologues. Plusieurs fibres de lin portent des marques de torsion et de couleur : jaune, rose, turquoise, noir et gris.

Il s'agirait des premières traces de textiles travaillés par l'homme.

3 000 avant J–C


Pour les Egyptiens, la toile de lin, appelée "lumière de lune tissée", est un symbole de pureté.

Les prêtres égyptiens portent des vêtements de lin et les momies sont entourées de bandelettes de lin, tissu très solide pour les conserver !

Il faut près d'un kilomètre de bandelettes de lin pour la momie d'un adulte.


1700 avant J-C


Les Phéniciens, grands navigateurs, développent un commerce "international" de lin.

A partir de l'Egypte où le lin est cultivé, ils l'exportent vers la Grèce, Rome, l'Angleterre, l'Irlande, l'Espagne...

100 avant J–C


Les Gaulois cultivent beaucoup le lin.

Avec sa fibre, ils tissent leurs voiles de bateaux.

Les Druides, personnages très importants, portent des tissus de lin de très grande qualité.




VIIIème Siècle

Charlemagne ordonne dans ses livres de loi (capitulaires) que le lin soit filé à la cour et que chaque foyer puisse disposer des moyens pour travailler le lin.

XIème siècle




En 1066, Guillaume le Conquérant (1027-1087), duc de Normandie, s’empare de la couronne d’Angleterre.
Sa femme, la Reine Mathilde, brode cette épopée sur la célèbre Tapisserie de Bayeux : une tapisserie en lin de 70 mètres de long, véritable « bande dessinée » qui nous renseigne sur les conditions de vie de l’époque




XIIème Siècle


C’est au début du XIIIème siècle, qu’un tisserand appelé Baptiste, originaire d’un village près de Cambrai, met au point un procédé de tissage d’une extrême finesse.

Le succès de ces toiles dépassa les frontières, s’exportant vers les Flandres, les Pays-Bas, l’Italie, l’Espagne, l’Angleterre.

Ce tissage, la batiste, devient la « Toile des rois » à travers le linge de table, le linge de corps, les mouchoirs …

XVIIème Siècle



Avec Louis XIV, la mode est aux découpes des vêtements : des ouvertures qui laissent apparaître la chemise finement brodée qui se porte sous des vestes ou des bustiers. Le linge de corps, de jour ou de nuit, apparaît, montrant ses dentelles et ses finitions délicates.



XIIIème Siècle


Le lin n'a jamais été autant cultivé ! Plus de 300 00 hectares y sont consacrés en France.


C'est à cette époque, sous Louis XVI, qu'est née la "crinoline" : le lin tissé avec du crin.

XIXème Siècle



D'autres fibres, comme le coton, concurrencent le lin.

Malgré les efforts de Napoléon 1er pour industrialiser le filage du lin, les surfaces cultivées en lin diminuent régulièrement.




Aujourd'hui...




Le lin est revenu à la mode grâce à l'addition de volontés, celles des sélectionneurs, des liniculteurs, des tisseurs, des couturiers...

Tissé, tricoté, pur ou en mélange, le lin séduit stylistes et décorateurs. Les dernières inventions techniques permettent d'obtenir des tissus actuels, fonctionnels, doux, confortables et de grande valeur esthétique que vous retrouvez sur nos vêtements CONOUCO


Entretien

Laver les vêtements en lin :

  • Pour conserver toutes les qualités de la fibre naturelle, nous recommandons un doux lavage à la main.
  • En machine : choisissez un cycle de lavage pour textile délicat. Température maximum 30°C.
  • Utilisez un savon doux et évitez tout produit de blanchiment chloré car il peut endommager les fibres.
  • Ne pas essorer en machine ! Vous risqueriez de détériorer votre vêtement. L’idéal est de le sortir de la machine et de l’essorer à la main en douceur, puis de bien tendre le tissu à deux mains. Ceci enlève une bonne partie des plis. Bien remplir le tambour lors du lavage.
  • Séchage : Pour les tops, séchez à plat pour ne pas déformer la maille. La chemise, le pantalon et la jupe peuvent être mis à sécher directement sur un cintre.
  • Repassage à la vapeur lorsque le linge est encore légèrement humide (de préférence sur la face interne du tissu). Pour le tissu noir, utilisez un torchon humide entre le fer et le vêtement afin d'éviter qu’il ne patine.

En cas de taches:

  • Encre : trempez le linge dans un peu de lait ou dans une mixture de savon blanc et d'ammoniac puis frottez la tache.
  • Sang : rincez immédiatement à l'eau froide.
  • Fruits, café, thé et chocolat : frottez à l'alcool, au vinaigre blanc.
  • Vin rouge : frottez immédiatement à l'eau pétillante.

Si les taches ne disparaissaient pas :

Vous pouvez faire tremper le linge (blanc et couleurs) avec de la lessive ou dissoudre 100g de percarbonate/bicarbonate de soude dans un peu d'eau chaude (blanc uniquement). Une fois la poudre dissoute, ajoutez de l'eau afin d'atteindre environ six litres de liquide de trempage. Laissez tremper pendant une heure.


Infos utiles

GOTS (Global Organic Textile Standard)

L’organisme qui contrôle et vérifie l’origine des produits textiles biologique. Les fournisseurs de CONOUCO disposent du label

CLUB MASTERS OF LINEN

Marque collective déposée qui garantit la traçabilité 100% européenne de chaque étape de transformationdes produits à base de lin
CELC (Confédération Européenne du Lin et du Chanvre)

Organisation européenne agro-industrielle regroupant et fédérant tous les stades de production et de transformation du lin et du chanvre

Association Lin et Chanvre Bio

L’association des acteurs du lin et du chanvre bio en France. De sa culture jusqu’à sa transformation finale

BE LINEN ET BE LINEN 2

Films réalisés par Benoit Millot et financé par la CELC dans le but de promouvoir la filière et ses acteurs

QUIZZ DU LIN

Un petit quizz pour vérifier vos connaissances sur le lin




CONOUCO DANS LA PRESSE

Faire et fil – 24 Avril 2016

Unidivers – 6 Mai 2016

Agro Clooz – 23 Mai 2016

Ouest France Entreprise– 23 Mai 2016

Rennes à coup de cœur – 30 Mai 2016

Le journal du pays yonnais – 1 Juin 2016

Ouest France Normandie – 17 Juin 2016

Les ptites boites françaises – 25 Mai 2016

ECO info - 23 mai 2016

La fabrique hexagonale – Mai 2016

Créateur éthique – 3 Juin 2016

Ouest France Normandie 17 juin 2016

Magasine Kostar - N°54 Page 14, février 2017

Ouest France - 09 avril 2017

SloWeAre - 31 mai 2017

Among the animals - 2 juin 2017

Le blog Bleu - 8 juin 2017

Glam conscious - 12 juin 2017

Cui Cui les petits oiseaux - 27 juin 2017


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies conformément à notre politique de données personnelles. J'accepte